Cabbages and codoms

Ce midi, nous avons fait une bonne action!

Nous sommes allés manger chez…

A l’entrée, un Super Héros et un Père Noël entièrement recouverts de préservatifs, nous ont accueilli!

Vous aurez remarqué les gants et les chaussures en plaquettes de pilules…

L’endroit est cosy, il y a même un musicien pour parfaire l’ambiance.

Mais ce n’est pas uniquement pour ça, que ce lieu a du succès.

Cela tient surtout au fait qu’il reverse ses bénéfices à une association (la PDA) qui apporte des services de « planning familial » à la communauté.

Cette réussite lui a valu une reconnaissance mondiale.

C & C concentre maintenant son attention sur la distribution de préservatifs afin qu’ils soient aussi facile à obtenir que des choux!

D’où son nom  « des choux et des préservatifs » (C & C).

Hebergeur d'image

 Désolé, nous n’avons pas de menthe à l’eau,

mais que diriez-vous d’un préservatif?

Taille Thaï   Taille internationale…

si quelqu’un veut que je lui en ramène, me préciser la taille!


« Notre alimentation est garantie pour ne pas provoquer de grossesse »

🙂

Publicités

Sortie scolaire

Ce matin, nous avons emmené les enfants au musée.

« Le musée des tribus des montagnes »

Nous avons commencé la visite en visionnant un film, qui nous a présenté les différentes ethnies, et nous a expliqué leurs vies et coutumes.

Puis, nous avons poursuivi en déambulant dans une première salle qui donnait à voir les objets de leur quotidien et une deuxième où étaient exposés les tenues traditionnelles.

Le nord du pays est peuplé d’innombrables ethnies : Lahu, Lisu, Karen, Akha, H’mong.

Les Karen

Venus de Birmanie il y a 300 ans, ils sont les plus anciens émigrés et représentent aujourd’hui 40% de la population ethnique réfugiée . Ils vivent sur des terres peu élevées, cultivent le riz et élèvent des animaux.
En partie animist
es, ils sont surtout devenus chrétiens suite à la période d’évangélisation, et ont abandonnés progressivement leurs propres croyances .

Chez eux, il n’y a ni alcool, ni drogues. Ils n’ont donc jamais cultivé le pavot comme la plupart des autres ethnies du triangle d’Or.

5078483487_4468f01847.jpg

Les Lahu 

Ils sont d’origine sino-tibétaine, le long de la frontière birmane. Dispersés dans de petits villages en altitude, à plus de 1000 m.

Ils cultivaient l’opium jusqu’à l’interdiction gouvernementale.

Ils ont dû trouver des cultures de substitution, tel que le riz et le maïs, même s’ils continuent clandestinement la culture du pavot dans les zones les plus reculées.

    

L’exploitation des ces sols pose un problème écologique, car les zones boisées sont dévastées par la technique de la « culture sur brûlis », système qui consiste à défricher le terrain en y mettant le feu. (Nous sommes en plein dans la période des feux, le ciel est souvent voilé en ce moment!)

Les Akha 

Ils viennent du Yunnan en Chine, et vivent sur les montagnes ou à flanc de
collines, assez difficile à atteindre.
Ils cultivaient également l’opium.

Ils sont facilement reconnaissables grâce aux costumes des femmes qui se distinguent par une coiffe colorée et décorée de grelots et autres pièces en fer blanc.

Les Lisu

Actuellement au nombre de 25 000, ils sont d’origine sino-tibétaine. Cultivateurs, leurs villages se trouvent en altitude, même si beaucoup de tribus font le choix de descendre dans les vallées pour se sédentariser.

Les méo, les Yao, les Khamu, les Htin

Ils sont installés à la frontière du Laos, et viennent du sud de la Chine ou du Cambodge.

tribu Yao

Les femmes girafes

Originaires de la Birmanie, elles sont apparentées à la tribu des Karens, et vivent aujourd’hui aux abords de Mae Hong Son.

Ces tribus se sont réfugiées en Thaïlande dans les années 90, pour fuir le régime militaire Birman. Elles ont été accueillies en premier lieu dans des camps militaires autonomes.

Le gouvernement birman chasse les Karens et tente d’abolir cette tradition des spirales autour du cou dont l’origine reste un mystère, afin d’occidentaliser l’image du pays.

La polémique se pose dans le sens où il y a un droit d’entrée d’environ 500฿ ( 13€) pour voir ces femmes. Zoo humain? Cependant, ayant le statut de réfugiés, ces tribus n’ont pas le droit de cultiver les terres ni même de travailler. Leur seul revenu reste ce droit d’entrée et l’argent de la vente des objets qu’elles fabriquent.

Les femmes n’ont d’autres choix que de « vendre » leur image aux touristes.

Une légende raconte que si elles enlèvent leur collier, leur cou se brise, mais c’est faux!

Leur cou n’est pas plus long que le notre, le collier appuie plutôt sur leur trapèze, et donne cette impression de « cou de girafe ».

Voilà un petit cours de géographie que je voulais partager avec vous, car j’ai trouvé ça passionnant! (spéciale dédicace à Mlle Biou, de la part de Clément!)

The market of Chiang Mai

A Chiang Mai, il y a plusieurs marchés: Wednesday Market, Saturday Market, Sunday Market et The Night Bazar.

Hebergeur d'image

Ils sont beaux, mais différents de chez nous. On y vend des vêtements, des chaussures, des bijoux, à manger, des billets de loterie….

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Il y a aussi des gens qui font de la musique.

Hebergeur d'image

 

Au Sunday market, on a acheté un t-shirt, et vu que c’était la première vente du marchand, il a fait « lucky lucky lucky » en tapant chaque article de son stand à l’aide du billet qu’on lui avait donné pour le t-shirt.

J’espère que ça a marché et que ça lui a porté chance!

YAËL

 

Nouveau départ

Ce matin il a fallu dire au-revoir à nos amis de la Guesthouse All in 1, à Chiang Mai.

Grâce à eux, notre séjour à été formidable.

La gentillesse de Gilles, Sophie et Mélissa nous a fait nous sentir comme chez nous, et c’est précieux quand on est loin de son vrai chez soi.

Hebergeur d'image

Mais il faut bien reprendre la route!

Bye Bye Chiang Mai, Hello Chiang Rai

Après trois heures de bus,  (Chiang Rai est à 180 km au nord de Chiang Mai), Nicolas nous a accueilli à la gare routière.

La guesthouse était à quelques encablures de là…

bienvenue « Chez Nous »!

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Nouveau lieu, nouvelle ambiance…

On va être bien, là!

 

Eléphantastique!

Cette journée, on l’attendait avec impatience, et en même temps on a décidé de garder le meilleur pour la fin!

Rencontre exceptionnelle: les éléphants de Chiang Mai!

Malgré un couché tardif, quand le réveil a sonné à 7H30, tout le monde s’est levé avec enthousiasme!

C’est Jackie Chan qui nous a accompagné pour cette belle aventure…les Thaïlandais adorent les surnoms!

Le site où séjournent nos compagnons d’un jour se trouvait à 1H00 en taxi…1H00 qui aura été fatale à Yaël qui n’a pas supporté le voyage…blurp!

Pourtant, dès que nous les avons aperçu, tout était oublié!

Jackie a commencé par nous expliquer comment parler à un éléphant. Plus qu’un langage verbal, nous avons plutôt appris des sons que je ne peux retranscrire.

Ensuite, il a fallu tester nos connaissances…

A tour de rôle, et bravement, chacun a pris part à la leçon…de vrais Cornac!

Upload images

Upload images

Upload images

Upload images

Upload images

Hebergeur d'image

Upload images

Après être devenus des experts, nous avons pu chevaucher nos montures et partir en balade.

Upload images

Sandrine et Lancelot ont du faire le voyage en voiture, car la femelle qui les transportait était plus en prise avec les frasques de son bébé que par leur présence sur son dos…ça a bien failli finir en rodéo!

Upload images

Liloïe et moi avions un pèpère tranquille grâce auquel nous avons pu admirer les magnifiques paysages en toute quiétude.

La chaleur était harassante, rien de telle qu’une petite baignade rafraîchissante avec nos amis!

Upload images

Upload images

Hebergeur d'image

Après ce superbe moment, nous avons rejoint la base pour aller déjeuner, à dos d’éléphant bien sûr!

C’est ici que nous leur avons dit au-revoir pour poursuivre nos aventures.

Le ventre rassasié, nous avons entrepris un trekking dans la forêt jusqu’à une très belle chute d’eau…allez, tous à la baille!

Upload images

Upload images

Upload images

Après cela, notre guide nous a emmené visiter un village de Karen (ethnie birmane), perdu dans les montagnes…

Upload images

Upload images

Upload images

Upload images

Upload images

La journée s’est achevée avec une séance de rafting sur des radeaux en bambous…luxe, calme et volupté! et surtout, tous très mouillés!

On nous avait promis que cette journée allait être formidable, mais se fut au-delà de ce que j’avais imaginé.

Les éléphants m’ont laissée le cœur rajeuni, et la beauté de la nature, en paix!